Étude – Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France : 2ème trimestre 2012

Les PME restent cependant très exposées comme au plus fort de la crise (+ 50 %).

Le nombre des défaillances d’entreprises comptabilisées au cours du deuxième trimestre revient sous le seuil des 14 000 franchi en 2009. 13 722 procédures de sauvegarde, RJ ou LJ directe ont été prononcées par les tribunaux, soit un recul de 4,7 % en comparaison du deuxième trimestre 2011. Cette tendance pourrait confirmer que le plus gros des difficultés est derrière nous.
Ce signal positif est pourtant contesté par les PME qui souffrent comme au plus fort de la crise. 157 entreprises de plus de 50 salariés ont fait l’objet d’une défaillance ce deuxième trimestre, c’est 49,5 % de plus qu’au printemps 2011 et quasiment autant qu’au cours du deuxième trimestre 2009. Les plans d’action mis en oeuvre dans les PME au sortir de la crise semblent avoir été infructueux.

Plus globalement, la baisse des défaillances d’entreprise est portée par les micro-entreprises sans salarié (- 19 %) qui semblent s’être « habituées » aux effets de la crise et se sont remises en ordre de marche. L’amélioration est donc pour elles très sensible ; cependant, il faut rappeler qu’en 2009, trois ans plus tôt, âge de forte vulnérabilité des entreprises, les créations d’entreprises hors statut auto-entrepreneurs étaient en recul de 20 %. Les autres catégories d’entreprises enregistrent une hausse des défaillances (+ 7 %) confirmant que, dès qu’il y a des salaires donc des charges fixes à verser, nécessitant une trésorerie régulière, le risque est sensible voire fort. Dans ces conditions, la question des emplois menacés par les défaillances est cruciale ; 72 500 salariés (+ 25,6 %) sont concernés ce trimestre par la procédure judiciaire de leur entreprise, ce chiffre trimestriel est au plus haut sur cinq ans.

Dans ce contexte de baisse globale des défaillances, quelques activités sont néanmoins dans le rouge.

C’est le cas de la promotion immobilière (+ 55,8 %) et des agences immobilières (+ 20,9 %), du conseil en systèmes et logiciels informatiques (+ 20,9 %), et le transport routier de marchandises, plus précisément le fret de proximité (+ 12,4 %).

Sur la seule population des PME de 50 salariés et plus, les défaillances d’entreprises se situent pour moitié dans l’industrie manufacturière et les services de sécurité privée ou de nettoyage. Les deux tiers des régions sont orientées favorablement. Les tensions sont très marquées sur un couloir Est allant de l’Auvergne à la Lorraine en passant par la Bourgogne et Champagne-Ardenne, régions qui avaient enregistré un bon deuxième trimestre 2011.

Les cartes

Se connecterS'inscrire

Vous devez vous connecter pour télécharger ce contenu

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X