Etude – Comportements de paiement des entreprises en France et en Europe : 3ème trimestre 2012

Les paiements interentreprises se tendent en France, particulièrement dans les métiers à destination du particulier.Ils dérapent sensiblement en Italie.

32,3 % des entreprises françaises payent leurs factures sans retard sur le troisième trimestre 2012. C’est environ 1 % de moins par rapport au deuxième trimestre 2012.

Les conditions de paiement se durcissent en France.

32,3 % des entreprises françaises payent leurs factures sans retard sur le troisième trimestre 2012. C’est environ 1 % de moins par rapport au deuxième trimestre 2012. Confirmation du durcissement des paiements, les retards de règlement supérieurs à 15 jours augmentent de 1 % à 31,6 %.

Cet effet de ciseau défavorable traduit le manque de cash des entreprises. Plus qu’un « aménagement » des trésoreries, le recours au crédit interentreprises semble être pour ces sociétés la réponse au besoin de crédit court terme non satisfait.

Calculé en nombre de jours moyen sur l’ensemble des transactions, le retard de paiement des entreprises françaises s’établit à 11,8 jours ce trimestre contre 11,5 jours trois mois plus tôt.

Les microentreprises sont fragilisées ; les ETI peinent aussi.

À peine 10 % des ETI et Grandes Entreprises réglaient leurs fournisseurs sans retard (9,9 %) au cours du deuxième trimestre, elles sont encore moins nombreuses sur le troisième (9,7 %). Par ailleurs, plus d’une sur trois (35,6 %) reporte le règlement des factures d’au moins 15 jours, c’est 1,7 % de plus que lors du précédent trimestre.

Cette dégradation rapide fait porter aux fournisseurs un risque lourd, a fortiori lorsque les retards dérapent de plus de 30 jours. En effet, Altares constate, au travers des mesures de performance de ses scores de risque, que les entreprises reportant leurs règlements fournisseurs de plus de 30 jours présentent une probabilité de défaillance multipliée par six. Les microentreprises de moins de 10 salariés sont elles aussi dans une situation qui se complique.

24,4 % des microentreprises reportent leurs règlements de 15 à 30 jours ; c’est 1 % de plus qu’au cours du deuxième trimestre. Symptôme du manque de cash de ces petites entreprises, 6 % d’entre elles présentent désormais des retards de paiement supérieurs à 30 jours. Si les comportements de paiement des PME semblent plus stables, pourtant les tensions demeurent ; 42,8 % des entreprises reportent leurs paiements de 1 à 15 jours c’est 0,8 % de moins que sur le deuxième trimestre, mais 28,9 % les décalent de 15 à 30 jours, c’est 0,8 % de plus. Exprimé en jours, le retard moyen de paiement se situe à 11,3 jours pour les microentreprises de moins de 10 salariés, 11,5 jours pour les PME de 10 à 250 salariés et 12,2 jours pour les ETI et GE de plus de 250 salariés.

Comportements de paiement des entreprises T3 2012

Etude – Comportements de paiement des entreprises en france et en europe T3 2012

Se connecterS'inscrire

Vous devez vous connecter pour télécharger ce contenu

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X