Etude – Comportements de paiement des entreprises en France et en Europe : 4ème trimestre 2013

En France, les très petites entreprises montrent l’exemple En Europe, retour à la situation de 2009 avec 14,8 jours de retard.

Seulement 32 % des entreprises françaises respectent la date d’échéance.

Les entreprises françaises restent championnes en Europe des petits retards de paiement. 37,1 % règlent leurs factures avec un à quinze jours de retard. C’est près de 10 points au-dessus de la moyenne européenne (27,5 %). En conséquence, moins d’une entreprise sur trois (32 %) respecte la date d’échéance (40,9 % en Europe). Ce taux est néanmoins en hausse sensible sur le dernier trimestre 2013, et au plus haut depuis plus d’un an.

Les TPE montrent l’exemple

Ce sont les plus petites entreprises, les artisans ou commerçants n’employant aucun salarié, qui fournissent le meilleur effort. En fin d’année 2013, 43,3 % réglaient leurs fournisseurs sans aucun retard, soit 4,2 % de plus qu’en été. Ces micro entreprises restent, cependant, fragiles ; près de 7 % d’entre-elles reportent leurs paiement de plus d’un mois.
Les TPE de 1 à 9 salariés donnent elles-aussi des signes de légère amélioration avec la proportion de retards supérieurs à quinze jours (29,6 %) qui baisse de 1 %.
Sur les PME de 10 à 49 salariés, les tensions sont encore fortes. Le taux de PME respectant les dates de facture ne s’améliore pas (22,46 % soit -0,01 % !).
Les ETI et Grandes Entreprises sont moins vertueuses. A peine 8 % règlent leurs fournisseurs et sous-traitants dans les délais prévus ; environ 60 % retardent les paiements de 1 à 15 jours. Attentives à la gestion de leur cash, ces structures sont dotées d’outils de pilotage de leur chaine de facturation généralement plus sécurisés mais aussi plus contraignants.

Bâtiment et commerce de détail s’améliorent…

L’ensemble des secteurs s’inscrit sur des tendances mieux orientées mais ce sont principalement sur le bâtiment et le commerce de détail que les améliorations sont les plus visibles. À l’image des efforts portés par les artisans et commerçants, dans ces deux activités qui concentrent de nombreuses micro-entreprises, la proportion de règlements effectués sans retard gagne plus de 2 % en trois mois (respectivement 45,2 % et 35,4 %).

… et les services à la personne et la restauration se dégradent

À l’inverse, les comportements de paiement se dégradent dans les activités de services à destination du consommateur.
C’est le cas des activités de coiffure et soins de beauté où le taux de factures payées dès l’échéance tombe sous les 30 %. Le délai s’allonge aussi dans la restauration (17,5 jours) où près d’une entreprise sur dix règle ses fournisseurs avec des retards supérieurs à trente jours.

En Europe, une entreprise sur dix retarde ses paiements de plus de trente jours. À 14,8 jours, nous revenons à la situation de crise de 2009 (14,9 jours).

En début d’année 2012, à peine plus de 8 % des entreprises européennes réglaient leurs fournisseurs avec des retards supérieurs à trente jours. Elles signaient là leur meilleure performance depuis cinq ans. Deux ans auront suffi à anéantir tous les efforts. Désormais, plus d’une entreprise sur dix décalent leurs règlements de plus de trente jours. C’est le pire ratio depuis 10 ans. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que le retard moyen soit lui aussi sur des plus hauts. À 14,8 jours, nous revenons à la situation de crise de 2009 (14,9 jours).

Comportements de paiement en France et en Europe T4 2013

Etude – Comportements de paiement en France et en Europe T4 2013

Se connecterS'inscrire

Vous devez vous connecter pour télécharger ce contenu

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X