Étude – Défaillances d’entreprises en France : 4ème trimestre et Bilan 2014

Moins de 63 000 entreprises ont défailli (- 1 % / 2013). Les défaillances de PME sont au plus bas depuis 2008. Record de sinistralité pour les petits employeurs.

Le dernier trimestre 2014 marqué par une baisse des défaillances de 5 %.

Sans établir un nouveau record, le nombre de défaillances d’entreprise bloque au-dessus des 60 000 pour la sixième année consécutive. Plus exactement, les tribunaux ont prononcé 60 966 ouvertures de redressements Judiciaires ou liquidations judiciaires directes et 1 620 sauvegardes, soit 62 586 procédures un chiffre en retrait de 0,8 % par rapport à 2013.

Le dernier trimestre 2014 signe une tendance plus forte avec une baisse des défaillances de 5 % très au-dessous des 16 000 jugements (15 658). Ce chiffre, le meilleur depuis trois ans, témoigne d’un redressement des affaires. Pour illustration, le nombre de PME défaillantes (10 salariés et plus) est au plus bas depuis 2008. C’est notamment très sensible sur les sociétés employant au moins 50 salariés ; celles-ci enregistrent un recul des ouvertures de procédure de 20 % sur un an (452 contre 562 en 2013 et 456 en 2008) et 25 % sur le seul quatrième trimestre.

L’industrie manufacturière poursuit son redressement et les services B2B lui emboitent le pas. Les difficultés restent, cependant, fortes pour les très petites entreprises de un ou deux salariés ; les défaillances de ces TPE augmentent de 18 % sur l’année et encore 22 % sur le quatrième trimestre.

Dans ces conditions, le nombre d’emplois menacés retombe sous le seuil des 250 000 comme en 2010 et 2011. Là encore le recul sur un an (- 9 %) s’amplifie en fin d’année (62 400 soit – 13 %).

Record de sinistralité pour les petits employeurs et du mieux pour les PME.

  • Depuis 2014, il y a désormais autant d’entreprises en redressement ou liquidation judiciaire (21 700) sans salarié qu’avec un ou deux salariés. Mais, tandis que ce chiffre est en recul de 10 % sur les premières, il bondit de 18 % pour les secondes. Sur le quatrième trimestre, l’écart continue de se creuser avec, respectivement, une baisse de 23 % contre une hausse de 22 %.
  • En 2012 et 2013, les défaillances de TPE de trois à neuf salariés étaient aussi nombreuses qu’en 2009, au-delà de 14 000 par an. En 2014, ce chiffre repasse sous ce seuil à 13 770, en recul de 5,5 % sur un an, comme sur le quatrième trimestre.
  • La situation des PME s’améliore sensiblement. 2014 signe un retournement fort avec un recul de 10 % du nombre de jugements d’ouvertures de procédures sur l’année et 13 % sur le quatrième trimestre. Avec moins de 4 600 défaillances, l’année 2014 est à un niveau au plus bas depuis six ans. Il faut remonter à 2008 (3 800 procédures) pour trouver un meilleur chiffre.

Parmi ces PME, celles employant au moins 50 salariés enregistrent des performantes plus élevées encore, avec seulement 452 défaillances, soit moins qu’en 2008 (456). Le nombre d’ouvertures de procédures recule de 20 % sur l’année et 25 % sur le dernier trimestre.

Les cartes

Se connecterS'inscrire

Vous devez vous connecter pour télécharger ce contenu

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X