Brexit : coups durs pour les PME françaises ?

Dur réveil pour l’Union Européenne après la « victoire » du Brexit au référendum avec 51,9% des suffrages. Quelles sont les conséquences pour les PME françaises exportant vers la Grande-Bretagne et inversement ?

Brexit : coups durs pour les PME françaises ?

Séisme économique dont on ne peut encore mesurer l’impact. La Grande-Bretagne est le premier pays a quitter l’Union Européenne. Les conséquences sont encore plus ou moins inconnues et ne reposent pour le moment que sur des suppositions même si certaines seront vite vérifiables !

Les conséquences du Brexit sur l’économie française vont bien évidemment dépendre de la nature du nouveau partenariat que Londres négocierait avec ses analogues européens. Analysons quelques éventualités.

Une baisse du taux de change de la Livre Sterling

La réduction du déficit extérieur du Royaume-Uni peut probablement passer par une forte hausse du taux de change. Avant la date du référendum, la livre sterling avait déjà connu une baisse de 8% face à l’euro.
La banque d’Angleterre a d’ailleurs augmenté ses réserves en devises étrangères pour lutter contre la volatilité. Une baisse d’environ 20% est évoquée.
Celle-ci aurait donc pour conséquence de rendre les produits et matières premières britanniques moins chères pour les PME françaises, mais aussi de rendre les produits finis de PME françaises plus chères pour les clients d’outre-manche.

Un possible ralentissement de la croissance britannique

Le cabinet d’audit PWC a estimé à 100 milliards de livres sterling la perte de revenu du Royaume-Uni d’ici 2020, soit 5,5% de son PIB.
Ce ralentissement de la croissance pourrait donc pénaliser les PME françaises comme l’ensemble des PME européennes. Cependant, le solde de la balance commerciale est favorable à la France donc les conséquences ne sont pas encore dramatiques. Le RU n’est que le 7e partenaire commercial de la France.
Néanmoins, si l’accès au marché britannique se complexifie ou si le Royaume-Uni établit des accords commerciaux plus avantageux avec d’autres pays, là en effet les PME françaises pourraient en pâtir et perdre des parts de marché.

Par ailleurs, notons que si le Royaume-Uni ne réussit pas à négocier un accord commercial avec l’UE, les échanges seraient réglementés par l’OMC. Cela impliquerait donc une augmentation des coûts commerciaux.

Voici donc deux possibles conséquences du Brexit sur les PME françaises. Une affaire à suivre donc de très près.

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
X