14000 défaillances d’entreprises au T2 2016

Les défaillances d’entreprises sont en recul de – 2,7 % au T2 2016 comparé au T2 2015

 

« Depuis 2009, chaque 2ème trimestre compte en moyenne 14 400 défaillances d’entreprises2016 s’en écarte peu du fait de la fragilité encore réelle des plus petites entreprises, celles comptabilisant moins de trois salariés. 10 000 d’entre elles ont défailli ce 2ème trimestre, un nombre quasi stable sur un an. En revanche, la situation continue de s’améliorer pour les TPE de 3 à 9 salariés (- 6 %) et plus encore pour les PME d’au moins 10 salariés (- 12 %). » Observe Thierry Millon, Directeur des études Altares.

La sinistralité des PME et les emplois menacés retrouvent des valeurs d’avant crise.

« Toutes les microentreprises ne parviennent pas encore à retrouver une activité suffisamment régulière pour stabiliser leurs besoins de financements, en particulier lorsqu’elles doivent verser un salaire. En revanche, de la TPE à la « grande » PME, les clignotants sont clairement au vert. 83 PME d’au moins 50 salariés ont connu une défaillance, c’est un chiffre au plus bas depuis le 2ème trimestre 2007 (72). La conséquence directe de cette moindre vulnérabilité des employeurs est une forte diminution du nombre d’emplois menacés par les défaillances.
Nous retombons à 47 000, sous les 48 700 du 2ème trimestre 2008. De plus, bien que fragilisés, ces emplois pourraient mieux résister qu’en 2008 ; 80 % des sociétés de plus de 50 salariés ont évité la liquidation judiciaire directe ce deuxième trimestre contre seulement deux sur trois en 2008. » Ajoute Thierry Millon.

Attention à ne pas laisser filer le BFR !

” Le mouvement de baisse des défaillances d’entreprises amorcé timidement sur le second semestre 2015 se propage à l’ensemble de l’économie sur ce premier semestre 2016. La meilleure santé des entreprises se confirmait par ailleurs à la lecture de comportements de paiement, qui depuis l’été 2015, retrouvent une meilleure trajectoire. Tout n’est pas encore réglé. Les microentreprises peinent à stabiliser un carnet de commandes toujours volatile,
mais la reprise se consolide. » Rassure Thierry Millon.
« La question désormais n’est plus tant celle de conserver ses clients que de pouvoir financer la croissance pour en acquérir de nouveaux. En dépit d’un assouplissement de l’accès au crédit, les petites entreprises doivent encore souvent jongler avec les factures pour tenir  une trésorerie instable. Le BFR défensif a laissé place au BFR de croissance, mais attention à ne pas le laisser filer ou les défauts de paiement pourraient à nouveau contraindre à la
défaillance de nombreuses entreprises.”

L’étude des défaillances d’entreprises en France, réalisée par Thierry Millon, Directeur des études Altares, est disponible en ligne.

Nous vous invitons à la télécharger gratuitement

Carte défaillances en France 2016 T2

Thierry Millon on LinkedinThierry Millon on Twitter
Thierry Millon
Thierry Millon
Directeur des études chez Altares D&B
Spécialiste des données et informations BtoB Thierry possède une connaissance pointue sur l’univers des entreprises, allant des sociétés du CAC 40 jusqu’aux TPE. Il intervient régulièrement comme expert et conseil auprès de nombreuses organisations professionnelles, d’organismes publics et de medias. Dès la fin des années 80, Il participe à la création d’une des premières bases de données d’information sur les entreprises avant d’intégrer quelques années après le groupe Dun & Bradstreet.

Vous aimerez aussi...

X