Guide: Crowdlending

Dans la famille du financement participatif on trouve deux types de financements : le don avec ou sans contrepartie, le crowdfunding et le prêt plus connu sous le nom de crowdlending destiné aux financements des entreprises en complément ou substitution aux prêts bancaires.

Guide: Crowdlending

En 2008, l’évolution de la réglementation concernant la délivrance de crédits aux PME et TPE contribue à la naissance du financement alternatif qui naît en France fin 2014.
Le crowdlending est souvent désigné comme le cousin du crowdfunding. C’est un prêt d’argent entre particuliers ou entre un particulier et une entreprise. Le crédit se fait donc soit entre particulier, soit entre une entreprise qui fait appel à un ou plusieurs particuliers.

Ainsi, vous participez au financement d’un projet et vous considérez cette aide financière comme un placement sur une durée définie en amont à un taux de rendement connu. Vous percevrez donc un remboursement comprenant le capital de départ et des intérêts.

Le crowdlending possède-t-il une fiscalité particulière ?

Les intérêts que vous percevez avec le crowdlending entrent dans la catégorie des produits de placements à revenu fixe, et à ce titre ils sont donc soumis à l’impôt sur le revenu (barème progressif) et également assujettis à la Contribution Sociale Généralisée .
Conformément à la législation fiscale, la plateforme de crowdlending vous verse vos intérêts après avoir effectué les prélèvements sociaux (15,5%) et le prélèvement forfaitaire au taux de 24%. Ce prélèvement forfaitaire constitue un acompte d’impôt sur le revenu imputable sur l’impôt à payer l’année suivante, et en cas d’excédent, restituable.

Crowdlending : investissement rentable ?

A priori oui ! Les taux proposés par ce type de financement s’échelonnent environ entre 4 et 12%. Si l’on compare avec le livret A, ces taux proposés sont nettement supérieurs à ce dernier (0,75%) !
Cependant, n’oubliez pas que cette fourchette annoncée s’entend brut. Tenez donc compte de la fiscalité selon le barème de l’impôt sur le revenu, ainsi que des contributions sociales généralisées. Si l’on procède à un rapide calcul, les taux nets seraient compris entre 2% et 6%. Cela reste tout de même supérieur au livret A.

Quels avantages pour une entreprise d’avoir recourt au crowdlending ?

Différentes raisons peuvent pousser une entreprise à passer par ce type de financement alternatif au crédit traditionnel.
L’emprunt auprès de particuliers est beaucoup plus souple qu’un emprunt bancaire classique. Le crowdlending séduit de plus en plus de par sa rapidité, l’indépendance bancaire et l’absence de garantie.

    • Rapidité d’obtention des fonds

Pour les PME, l’emprunt auprès des particuliers constitue un mode de financement relativement en vogue. Cet intérêt de la part des PME réside principalement dans la rapidité avec laquelle les emprunteurs peuvent obtenir les fonds demandés dans la mise en œuvre de leur projet.
Il peut également s’agir de projets que les entités bancaires traditionnelles ne financent pas (Besoin en Fond de Roulement à titre d’exemple). De plus, le dossier d’emprunt est nettement plus facile à élaborer que celui d’un emprunt bancaire. Les informations requises par les crowdlenders restent simples, à savoir la durée, le montant ainsi que le numéro de SIREN.

  • Une indépendance vis-à-vis des banques

Le crowdlending a en effet l’avantage de s’affranchir des intermédiaires bancaires.

En effet, par le biais de ce financement, l’emprunteur possède une totale indépendance vis-à-vis des banques. Cette option financière évite en effet d’avoir un contrat de prêt auprès d’une entité bancaire.
Il est donc possible de s’affranchir des contreparties demandées par les banques comme une domiciliation bancaire ou autres services.

Outre ces deux points importants, le crowdlending se révèle avantageux pour le financement aux entreprises porteuses de projets innovants. Ce sont en général des entreprises pour lesquelles les entités bancaires manifestent le plus de réticences.

La simplicité qu’offre ce système consiste donc en des prêts entre particuliers et PME permettant à toute entreprise recherchant un crédit de le faire sans passer par les voies traditionnelles que sont les banques et autres organismes de crédit. L’objectif de ce type de financement réside dans : le développement de son entreprise, l’obtention d’un soutien sur des besoins ponctuels en trésorerie, ou le financement d’un investissement concret.

Cependant, il existe des risques comme dans tout type de financement …

En effet pour le prêteur le prêt d’argent peut se heurter à un non remboursement. Néanmoins depuis le 1e janvier 2016, en cas de non remboursement d’un prêt participatif, les prêteurs peuvent déduire les pertes subies de l’impôt sur le revenu. Ainsi, les pertes engendrées seront déduites des gains réalisés.
Concernant le porteur de projet, des risques existent : ne pas honorer son engagement auprès du prêteur (non remboursement), perte de la valeur du titre acheté, ou encore la fin prématuré du projet (déception de la communauté etc).

Le crowdlending offre donc des perspectives de rendements attrayantes, cependant ces pratiques ne sont pas sans risque. Pour éviter les mauvaises surprises veillez toujours à bien choisir vos projets !
NB : le montant collecté par les plateformes de crowdlending s’élève de 31,5 millions d’euros sur l’année 2015, soit 4,4 fois plus qu’en 2014, selon le baromètre 2015.

Sources:
Crowdlending
Parlons PME par BNP Paribas
Prêtgo
Panorabanques
La Tribune

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
X