Big Data: Les 17 prédictions

les 17 prédictions

C’est aujourd’hui enfoncer une porte ouverte que d’affirmer que l’exploitation intelligente de la Data est en train de modifier drastiquement la façon de fonctionner des entreprises. D’ailleurs, limiter le champ d’influence de la Data aux seules entreprises serait incorrect : les organismes publics, les grandes associations, les collectivités territoriales (du village à la région) et même les individus que ce soit en tant que consommateurs ou citoyens contribuent et profitent de l’afflux des données.
L’année dernière, le magazine Forbes a publié ses « 17 prédictions sur l’avenir de la big data » (des prédictions sur le passé nous auraient semblé être un vrai challenge). Il nous a paru intéressant de les présenter et de les commenter dans ce blog.
[La phrase entre guillemets constitue le texte d’origine, le reste est notre commentaire].
Cette chronique sera à lire tous les mercredis. Pourquoi le mercredi ?
Parce que.

Prédiction #1 :
« Le volume des données va continuer d’augmenter. Il n’y a aucun doute sur le fait que nous allons continuer de générer des volumes de données de plus en plus importants, surtout si on prend en compte le nombre exponentiel d’appareils portables et de connections inter-supports. »
Bon, pas besoin d’être rédac-chef chez Forbes pour énoncer une telle évidence (vous verrez, ça se corse un peu ensuite). Cette quasi tautologie est du même ordre que des expressions comme « Fondre comme neige au soleil » ou « les petits ruisseaux font les grandes rivières » : c’est à la fois logique et inexorable.

Difficile d’y résister : 44 000 000 000 000 000 000 000, c’est la volumétrie d’octets de données qui seront générés en 2020 soit 10 fois plus que les 4 400 000 000 000 000 000 000 d’octets de 2013. On aurait pu dire 4,4 zettabytes mais ça a moins de panache et personne ne sait ce que représente un « zetta ».
Ces chiffres sont pour la plupart connus et il est permis de penser, vu l’aspect exponentiel du secteur, que ces prévisions seront amplement dépassées.
Au passage, il est intéressant de noter que plus de la moitié de ces données ne sont pas protégées, que presque les 2/3 sont générées par des consommateurs (sous la responsabilité d’entreprises pour 85% quand même) et qu’enfin seules 2% d’entre elles valent le coup d’être analysées et exploitées.
Vous pourrez trouver de nombreuses infographies exposant les différents chiffres liés à la Data comme ou encore donc on va s’arrêter là pour aujourd’hui.
A mercredi prochain.

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X