Les pionniers de l’internet, e.12: Louis Pouzin

(1931 – )

Bio Express :
Naît le 21 avril 1931 dans la charmante bourgade nivernaise de Chantenay-Saint-Imbert.
1950 : Diplômé de l’Ecole Polytechnique
1950’s : Travaille chez Bull, principalement à la conception et la mise en place d’un réseau téléphonique.
1963 : Petit exil américain au MIT ou il commence à travailler sur un projet de gestion de temps partagé (partage par plusieurs utilisateurs de temps processeur).
1964 : Il revient en France pour travailler successivement pour Météo France  (programmation d’un calculateur et conception d’un système d’exploitation permettant de travailler en temps partagé) et pour Simca au service informatique.
1970 : Rejoint puis dirige le projet Cyclades (pendant de l’ARPANET américain), qui vise à poser les bases de la création d’un réseau d’ordinateurs. C’est dans ce cadre qu’il conçoit le datagramme, l’ancêtre de la transmission par paquets.
En 1980, il travaille pour CNET qui devient plus tard la branche recherche de France Telecom.
Dans les années 90, Louis Pouzin devient le doyen de l’Institut Theseus, un MBA orienté vers les télécommunications, et une fois à la retrait, il préside le conseil d’administration du NLIC (Native Language Internet Consortium).
De fil en aiguille, il devient le spécialiste incontournable du multilinguisme qui vise à contester le monopole des américains dans l’établissement des normes et des protocoles de l’internet.
Louis Pouzin finit par obtenir une reconnaissance (discrète) en 2003 en obtenant la Légion d’Honneur puis en 2012 en étant distingué par l’ISOC comme pionnier de l’internet au même titre que ceux qui figurent déjà dans cette chronique.
Sa contribution à internet : Louis Pouzin est le seul français à figurer dans le « Hall of Fame » américain de l’internet et sa contribution est inversement proportionnelle à sa célébrité, ce qui est bien dommage.
Il a donc inventé le datagramme, ancêtre de la transmission par paquets. Ses travaux fondamentaux ont été utilisés et prolongés par Vint Cerf et Robert Kahn dans la conception de la commutation par paquets et des protocoles TCP/IP.

L’anecdote (triste mais vraie) : A la fin des années 70, le projet Cyclades mené par Louis Pouzin est challengé par les autorités françaises qui ne comprennent pas vraiment ce qui est en jeu.
En gros, c’est Internet ou…le Minitel. Influencées par la corporation des ingénieurs Telecom (beaucoup sont issus de l’X et ceux-ci sont bien représentés dans les cabinets ministériels) et pour des raisons industrielles, les autorités tranchent : ce sera le Minitel.
L’Histoire fera le reste.

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X