Automobile – parc de véhicules d’entreprises : que choisir ?

Pas toujours facile pour les entreprises de gérer un parc automobile pour leurs collaborateurs. Les TPE et PME privilégient désormais la location de longue durée auprès de loueurs et de « fleeter » qui gèrent leur flotte, facilitant la vie des entreprises. Mais quelle formule choisir, et quels véhicules ? Nous vous éclairons sur le sujet.

Location automobile de longue durée : loueurs ou fleeter ?

Gérer un parc automobile de fonction demande énormément de temps.

La location longue durée permet de décharger les responsables d’entreprises d’une gestion chronophage et complexe de leur flotte automobile, et de mieux maîtriser les dépenses liées à cette flotte.

2 options s’offrent alors aux entreprises : le loueur de véhicules et le « fleeter ».

Quel est le rôle du loueur automobile ?

Le loueur automobile permet aux entreprises de disposer de véhicules de société en location, c’est-à-dire pour une durée limitée, le loueur étant propriétaire des véhicules. Ainsi, le parc peut être renouvelé régulièrement sans la contrainte de la revente pour les entreprises. Autre avantage : la capacité d’emprunt du locataire est préservée, puisqu’elle n’a pas besoin de souscrire un prêt pour l’achat de véhicules.

Par ailleurs, la TVA est récupérable pour les assujettis, et les loyers de la location sont déductibles des charges d’exploitation.

De plus, le conducteur ne souffre pas d’immobilisation en cas de panne de son véhicule, l’assistance est là pour dépanner et remplacer le véhicule.

Le loueur peut également gérer tout ou partie des opérations administratives et de gestion du parc automobile de son client : entretien, pneus, assurance, assistance, mais aussi gestion du carburant, des accidents, des contraventions…

Cependant, il peut être avisé de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier : on peut opter pour des contrats incluant financement, assurance, maintenance et entretien mais, à l’instar des grandes entreprises, externaliser la location de pneus pour être facturé au pneu et ainsi, éviter le gaspillage des roues restantes en fin de contrat.

Qu’est-ce qu’un fleeter ?

Le Fleet Management, encore peu répandu en France, consiste à confier la gestion de son parc automobile (de véhicules loués ou achetés) à une tierce entreprise prestataire, le fleeter, particulièrement recommandé pour les grandes flottes auto.

Le fleeter, expert dans son domaine, permet à ses clients d’envisager des pistes d’optimisation des budgets liés au parc automobile. De plus, le recours à un fleeter permet des négociations plus avantageuses avec les loueurs de véhicules : en moyenne 20% d’économie.

Quels services choisir auprès de son fleeter ?

Les fleeter proposent l’ensemble des prestations liées à la gestion de votre flotte automobile. Les entreprises restent cependant frileuses à confier l’ensemble de cette gestion à leur prestataire en fleet management pour une durée très longue. La location reste certes de longue durée (plusieurs années), mais il est recommandé de comparer les formules afin de déterminer la plus avantageuse en termes de durée : en effet, et étonnamment, le coût d’un contrat plus court est parfois à peine plus élevé (de l’ordre de quelques euros) que celui d’une location plus longue, cela vaut donc le coup d’opter pour un contrat plus court (par exemple deux ans au lieu de trois) qui permettra de renouveler plus rapidement le véhicule. Le personnel bénéficie ainsi régulièrement de voitures neuves, un atout beaucoup plus valorisant pour les collaborateurs et les clients.

En définitive, le loueur ou le fleeter peuvent proposer les mêmes services et prestations, mais le fleeter se démarque du loueur en ce sens qu’il met en concurrence différents loueurs pour le compte de son client.

Altares, son parc automobile et le fleet management

Altares a opté pour l’externalisation de son fleet management, en choisissant le fleeter Holson pour gérer son parc de 60 véhicules de fonction. Cette décision a permis à notre entreprise de gagner du temps et de l’énergie. En effet, Altares ne gère que la politique automobile et l’attribution des véhicules, le reste incombant à Holson.

Et Altares n’est pas la seule entreprise à opter pour la location de son parc automobile, composé de modèles premium, la pratique se démocratise de plus en plus dans l’hexagone et dans le monde.

Le point de départ de cette remise en question ? Altares se devait de réduire ses postes de dépenses suite à l’entrée d’un nouvel actionnaire au capital de l’entreprise. Le recours à un fleeter lui a évité d’opter pour la solution de retrait des marques premium de son parc automobile, qui aurait pu être mal perçue par les salariés.

Quels véhicules choisir pour sa flotte automobile ?

automobile gérer sa flotte

L’instauration du Cycle WLTP a posé de nouvelles interrogations aux entreprises disposant d’un parc automobile.

Le Worldwide harmonised Light vehicles Test Procedure, initié le 1er septembre 2017, sera applicable obligatoirement en 2020. Ce cycle mesure les consommations et rejets d’émissions des véhicules à l’aide d’un nouveau système de mesures, plus proche des conditions réelles d’utilisation.

Sa mise en place a ou va entrainer des impacts importants sur les TPE et PME en particulier, qui doivent supporter un coût conséquent lié au renouvellement de leur parc automobile, surtout lorsque l’entreprise dispose d’une flotte automobile de gros véhicules de marques premium.

La plupart de ces entreprises reculent l’échéance en profitant du délai de mise en application s’étendant à 2020, pour ne pas bouleverser leur car policy. Si elles n’ont pas encore abouti, les réflexions liées au passage au WLTP sont lancées. Si les entreprises se montrent encore prudentes face à leurs démarches de mise en conformité, les innovations sont cependant au rendez-vous.

Automobile : les différentes motorisations

L’essence est désormais suggérée aux conducteurs lorsque ce choix s’avère pertinent par rapport aux lois de roulage : si le conducteur du véhicule concerné cumule moins de 30 000 km/an, le diesel est exclu au profit du moteur essence.

L’hybride rechargeable est une solution intéressante mais elle doit correspondre aux déplacements des salariés, car il ne s’agit pas là de la solution la plus avantageuse en termes de coûts (TVA non récupérable). Certaines entreprises sont toutefois convaincues et investissent dans l’hybride rechargeable, ou prévoient de le faire, notamment pour la bonne influence que représente cette motorisation sur le comportement de conduite : selon le mode de propulsion, une plus grande attention est portée à la vitesse, que l’on surveille davantage. Certaines entreprises adaptent même les plannings de déplacement afin de privilégier l’hybride rechargeable : pour les longs trajets, le conducteur part la veille et dort sur place, il peut ainsi recharger son véhicule durant la nuit pour un retour le lendemain.

La motorisation électrique pose quant à elle la question de la recharge :

Comment rembourser ceux qui rechargent leur voiture de fonction via une prise installée chez eux ?

Comment instaurer l’électrique dans des entreprises situées dans des villages où les maisons ne sont pas équipées de la puissance électrique suffisante ? L’installation de bornes nécessiterait alors un moyen de production et de stockage privatif. Le choix de l’électrique doit aussi concorder avec les déplacements des salariés, l’électrique est donc réservé aux véhicules effectuant des trajets assez courts.

L’autopartage : pour qui ?

La solution de l’autopartage de véhicules d’entreprises est également amenée à se développer pour les collaborateurs ne disposant pas de véhicules de fonction. Un moyen économique et plus écologique au service de la mobilité des salariés.

 

Ces articles sur l’automobile pourraient vous intéresser :

Auto et défaillances d’entreprises

Les 17 prédictions, épisode 9 : les agents et objets autonomes

La rédaction
La rédaction
La rédaction est composée de plusieurs collaborateurs du Groupe Altares qui sont spécialisés dans leurs domaines respectifs (data science, data marketing, data intelligence, etc.) et qui partagent l'envie de faire part de leur passion de la Data à nos lecteurs.

Vous aimerez aussi...

X